EFFETS SANITAIRES DE LA POLLUTION DE L’AIR : POLLUTION PLUS ELEVEE A L’INTERIEUR DES VEHICULES

Article paru en 2008-01-01Dossier thématique : POLLUTION DE L'AIR
Auteur(s) : MORIN J.P.
Editeur : LE CONCOURS MEDICAL
N° Revue : 2
N° pages : 76-77

Description :

Les personnes qui passent plus d’une heure par jour dans leur véhicule en milieu urbain dépassent largement le seuil d’alerte de la population, fixé à une exposition de 200 µg/m3 de NO2 au maximum 18 H/an. Les facteurs essentiels de pollution sont : la proximité du sillage d’un bus ou d’un camion et les caractéristiques du véhicule suivi dans le flot de circulation et non la densité du trafic. Mettre en marche la recirculation d’air intérieur alors que l’on ressent la pollution dans l’habitacle, par exemple dans un tunnel, est une erreur majeure qui vise à augmenter la durée de l’exposition : il vaut mieux mettre en route ce dispositif avant d’entrer dans la zone polluée, puis d’ouvrir les fenêtres pour ventiler le véhicule après la sortie du tunnel.

Mots-clés